3e partie : Texte du Podcast 19 : La proposition partie 2, Construire la citoyenneté universelle

Dernière mise à jour : il y a 2 jours

Comment cocher ‘’Sauver le Monde’’ sur sa ‘’bucket list’’? Bienvenue au podcast épisode 19 de Planet Republyk!

Ceci est le sixième de 10 épisodes de la troisième et dernière partie du projet Planet Republyk. Si vous ne deviez en lire ou écouter qu'une seule partie; ce serait celle-ci. La portion de l'argumentaire, le ''Pourquoi'', de la troisième partie étant terminée; nous en sommes maintenant à présenter le ''Comment'' ainsi que la méthode du projet Planet Republyk.


Les 3 présents épisodes portant sur ''la Proposition'' sont les plus importants de la série.

Épisode 19 : Construire la citoyenneté universelle


Une société sans rêve est une société sans avenir.

Carl Gustav Jung


Malgré le sentiment personnel qu’avec l’avènement du deuxième millénaire, tout a été pensé, dit, écrit et que l’humanité peut difficilement désormais accoucher d’une idée vraiment originale, je n’ai rencontré, au cours de mes recherches, aucune motion qui aille dans le sens de celle que je m’apprête à vous proposer. Cela n’est bien sûr aucunement une garantie que cette idée n’ait déjà été formulée par d’aucuns, en quelque époque, en quelque recoin de la terre…


Néanmoins, quand bien même elle l’eut été, cela n’ajouterait qu’à sa pertinence et à l’impératif de s’atteler, avec d’autant plus de célérité, de ténacité et d’urgence à sa promotion.

À la lumière des lacunes illustrées des modèles politiques internationaux proposés jusqu’à maintenant, ainsi que de la démonstration, au cours des pages précédentes, de la nécessité d’une gouvernance mondiale libre, légitime et démocratique, Planet Republyk propose que:


Dans ce parlement mondial idoine à concevoir, la représentation des citoyens se fasse le long des parallèles. Sur toute la superficie du globe naîtraient ainsi des districts électoraux supranationaux. Par degré de latitude. Équivalant approximativement à des bandes de terres sud-nord de 111 kilomètres : soit un degré. En principe un degré, car évidemment, afin de préserver la valeur de chaque vote, chaque zone-parallèle compterait un nombre égal d’électeurs.


À titre d’exemple, si une population planétaire, dénombrant huit milliards d'êtres humains en 2023, se dotait d'un représentant par tranches égales de 50 millions d'habitants, son parlement mondial compterait initialement 160 députés. Ce nombre de députés serait, bien sûr, appelé à varier au rythme de la démographie planétaire.


Sous les latitudes les plus peuplées, moins de 1/2 degré, soit une bande de terre sud-nord d’environ 56 kilomètres suffirait pour compter 50 millions de personnes. Aux latitudes les plus dépeuplées, à l’extrême Nord et Sud, quelques dizaines de degrés seraient nécessaires pour recenser 50 millions de personnes.



En guise d’illustration, sur un degré complet prenant pour centre le 30e parallèle Nord (111 kms) vous retrouvez les villes de Houston au Texas, Le Caire en Égypte et Lhassa au Tibet pour un total de près de 40 M d'habitants. Il faudrait donc un peu plus d’un degré dans cette zone pour atteindre la cible de 50 M de personnes. La technologie de géopositionnement par satellite permettrait une césure chirurgicale des zones électorales.



Et tout cela est rendu possible aujourd’hui, car nous disposons d’informations croissantes de plus en plus précises sur la répartition des populations sur la surface du globe. Le site (cliquez sur la carte ci-dessus) développé par l’entreprise internationale de services de consultants Andersen Global, démontre éloquemment la progression de ces connaissances. Planet Republyk souhaite mandater rapidement une équipe de recherche scientifique afin qu’elle effectue une proposition de découpage préliminaire des zones électorales mondiales.

La raison majeure de préférer la représentation par latitude plutôt que par méridien/longitude (elle aussi pourtant garante d'impartialité) est motivée par une recherche de diversité. En tentant le même exercice, mais en utilisant la longitude, vous réalisez bien vite que bien des nations se retrouvent isolées sur leur méridien. La représentation y perdrait alors son objectif universaliste. Les vieux réflexes nationalistes domineraient dans ces zones, sans grande possibilité d’évoluer.


Autre justification : même si la proposition a comme objectif principal de déconstruire les nationalismes, pour que le système fonctionne, l'humain étant humain, les populations devront se l'approprier : développer un sentiment d'appartenance à leur nouvelle zone électorale.


Cela serait facilité par le fait que les gens vivants sous les mêmes latitudes ont souvent beaucoup en commun malgré leurs différences ethniques et linguistiques. Beaucoup plus que ceux vivants sous les mêmes longitudes.


Courtoisie Photo : Medena Rosa sur Unsplash.com

Les peuples scandinaves, islandais, alaskiens, russes ou canadiens, des pays baltes, du nord du Kazakhstan, de la Mongolie ou du Japon partagent la même culture de l'hiver, des changements de saisons et de lumière. Cela influe sur leurs environnements, économies, langues, cultures et caractères. Sur ce qui les définit, en fait. Beaucoup plus que nous pourrions le penser, de prime abord. Un Canadien du Manitoba aurait probablement plus en commun avec un Russe de la Khakassie qu'avec un Américain de l'Arizona.

Photo courtoisie Daniele Colucci sur Unsplash.com

Dans un même ordre d'idées, les zones désertiques ou de forêts humides se retrouvent aux mêmes latitudes en Amérique du Sud, en Afrique, au Moyen-Orient et en Asie. Les agriculteurs vivent, en périphérie des déserts, la même réalité d’accélération de la désertification des terres arables sur tous les continents. Tous les peuples vivant à l'équateur partagent des réalités climatiques, de saisons et de moussons semblables. Les barrières de corail et les mangroves à protéger baignent dans les eaux des mêmes parallèles sur toute la surface du globe.


Ces peuples gagneraient à travailler ensemble afin de trouver des solutions pérennes aux menaces et défis communs, à être représentés par des voix uniques et fortes au sein d'un parlement mondial.


La représentation par latitude permet, par conséquent, un meilleur mélange des cultures, bonifié d’un terreau plus fertile à la croissance d’un sentiment d’appartenance à la zone. Des noms de zones accrocheurs pourraient aussi contribuer au développement de cette appartenance: la zone-parallèle des coraux, du tropique du capricorne, des peuples de la neige, des résidents du nombril du monde, des peuples du café ou du chocolat, des habitants de la frange des déserts, des héritiers de la mousson, etc.

Ce serait bien sûr aux citoyens habitant ces zones de choisir eux-mêmes ce qui les unit et caractérise le plus.


L’instauration de jeux mondiaux, culturels et sportifs, un peu à l’image des Jeux mondiaux de la Paix, où les différentes zones s’affronteraient, pourrait également contribuer au développement d’un sentiment d’appartenance à ces zones parallèles.

Planet Republyk porte l’espoir que des candidats exceptionnels se présentent aux élections de leur latitude respective. Des modèles, jouissant d’une reconnaissance internationale pour leur engagement, leur courage, leur abnégation, leurs vertus. Pour n’en donner que trois exemples, pensons au Kino-congolais, Denis Mukwege, à l’Indienne, Vandana Shiva, ou encore à la jeune Suédoise, Greta Thunberg.

Plus encore, Planet Republyk veut croire que ce type de candidature puisse faire vibrer la fibre cosmopolite des électeurs et les incite à leur accorder leur vote plutôt qu’à des candidats, certes de même nationalité, mais néanmoins moins inspirants.


Logiquement, en un souci de neutralité et d’indépendance, le siège de ce parlement mondial devrait être érigé à latitude 0° 00′ 00″; longitude 0° 00′ 00″. Selon les données actuelles, il siègerait, en pleine mer, dans l’Atlantique Sud, à quelques kilomètres au large du Gabon... Mais comme le méridien zéro fut imposé à la fin du XIXe siècle sur Greenwich, un quartier de sa capitale, par la Grande-Bretagne, superpuissance de l’époque, le nouveau parlement mondial pourrait envisager de réinitialiser le méridien 0 à une longitude plus pragmatique, apolitique et scientifique, tel le point le plus à l’est de la mer Méditerranée, qui traditionnellement, définissait grosso modo où débutait le Levant donc l’Orient.


Ainsi les Amériques, moins l’Alaska, la quasi-totalité de l’Europe et de l’Afrique feraient partie de l’hémisphère occidental. Les hémisphères correspondraient dès lors mieux à la conception que l’humanité se fait de l’Occident et de l’Orient.


Selon cette hypothèse, la nouvelle capitale mondiale serait construite près de Lamuria, au Kenya, en Afrique, berceau de l’humanité.


Les droits de l'homme et les droits civiques universels ne seront respectés qu'à une condition. Il faudra que l'homme se rende compte qu'il est responsable pour le monde entier.


Vaclav Havel


Vous pouvez cliquer sur la carte ci-dessus afin d'accéder à un outil vous permettant de découvrir quelles grandes villes du monde se retrouvent à la même latitude que votre zone de résidence.

Si votre ville ne figure pas sur les cartes, et que vous ne connaissez pas votre latitude pour approximer votre position sur la carte, vous pouvez cliquer ici pour l'obtenir.


Qu'ont en commun Rome, Chicago, Istanbul et Barcelone?


Ces cités du monde se retrouvent toutes sur le même parallèle. Le 41e nord.


Philadelphie aux États-Unis, Ankara en Turquie et Beijing en Chine siègent sur le 39e nord.


Sydney en Australie, Le Cap en Afrique du Sud et Santiago au Chili sont toutes situées sur le 33e parallèle sud.


Venise, Zagreb, Lyon, Montréal et Portland en Oregon sont sises aussi à la même latitude, le 45e nord.


Ciudad Juarez au Mexique, El Paso aux États-Unis, Marrakech au Maroc, Alexandrie en Égypte, Jérusalem en Israël, Kandahar en Afghanistan et Shanghai en Chine se retrouvent, quant à elles, sur le 31enord.


Et l'avenir de la planète sera dessiné de plus en plus par ses grandes villes. Selon un rapport[i] de l’ONU, 66% de la population mondiale sera urbaine en 2050. Cette proportion n’était que de 4 % en 1800.


Les métropoles ont toujours été et demeurent des essaims pour les populations les plus instruites, progressistes et conscientes du cosmopolitisme universel. Sous l’influence de ce type de citoyen, les grandes cités du monde s’opposent de plus en plus fréquemment et publiquement aux législations de leur capitale nationale. Partout sur la planète, elles affirment leur unicité.


Dans divers dossiers, (notamment ceux liés aux dérèglements climatiques comme on l’a vu dans le cas de New York et Los Angeles qui se rebellèrent face à l’inertie de Washington) les grandes villes réclament plus de pouvoir et de liberté pour leur gouvernance. Celles situées dans une même zone électorale pourraient collaborer pour la défense de certains enjeux.


C’est précisément cet état d’esprit qui régnait, en 1949, lorsque Silkeborg(Danemark), Bad Kissingen(Allemagne), Nivelles(Belgique), Chelmsford(Grande-Bretagne) se joignirent au mouvement symbolique de mondialisation de cités du monde en adoptant conjointement la résolution de ‘’ville citoyenne du monde’’ et le suffixe ‘’Mundi’’. (Voire épisode 13)


Si plus tôt, nous avons suggéré des zones électorales de 50M d'habitants pour un parlement de 160 députés, au lieu à titre comparatif d’un ‘’parlement des mille’’ dénombrant 1000 élus pour des circonscriptions de 8M de citoyens, c’est spécifiquement dans l’objectif de préserver l’unité des villes. Cette unité à l’intérieur des zones favoriserait, elle aussi, le développement d’un sentiment d’appartenance chez l’électeur.


Voilà! C'est tout pour l'épisode 19!


Merci à Magali Rolland d'avoir prêté sa voix aux citations.


Le thème musical du podcast est la pièce ‘’Who would have tought’’ de l’artiste Crowander. Elle est une courtoisie libre de droit disponible ici sur Free Music Archive.


Vous trouverez sur la section ''Blogue'' de Planet Republyk.org/blog tel qu'écrit sur le logo du podcast, le texte du Podcast et ses références ainsi que d'autres textes.


Vous trouverez également sur PlanetRepublyk.org les liens pour devenir membre, acheter le livre en version E-book ou encore faire un don.


Merci d'aider la cause en faisant un don!


Merci aussi S.V.P de partager!


Surtout à ceux qui vous sembleraient intéressés par un tel sujet!


Merci de votre écoute et au plaisir de vous retrouver pour l'épisode 20 !

[i]Édition 2014 du rapport sur les perspectives de l’urbanisation du Département des affaires économiques et sociales de l’ONU. http://www.un.org/fr/development/desa/news/population/world-urbanization-prospects.html

109 vues0 commentaire

Posts récents

Voir tout